Livraison gratuite à l'achat de 150$ et plus!

Tout savoir sur le Zamioculcas zamiifolia

Le Zamioculcas zamiifolia est originaire de l’Afrique tropicale et fait partie de la famille des Aracées. On l’appelle souvent la plante ZZ et ce nom commun est tout simplement une abréviation de son nom latin. La variété zamiifolia est la seule encore connue appartenant au genre Zamioculcas. Son nom est inspiré du genre Zamia en raison des similitudes au niveau de ses caractéristiques physiques avec ce dernier. En plus d’être une plante assez unique, elle est très facile d’entretien puisqu’elle vit à l’origine dans différentes répartitions géographiques ayant des climats distincts. Ses feuilles luisantes d’un vert profond attirent directement le regard. Sous ses pétioles érigés et charnus se cachent des tubercules rhizomateux ressemblant à des pommes de terre au niveau du sol. Ceux-ci se nomment des « caudex » et représentent pour la plante des réserves d’eau qui lui sont très bénéfiques pendant les saisons sèches dans ses milieux d’origine. Ses feuilles peuvent atteindre un mètre de longueur. Lorsque celles-ci sont très longues, elles penchent vers le sol en raison de leurs poids. Avec le temps, la base de ses pétioles se marque naturellement de taches foncées.

Les cultivars

Le Zamioculcas zamiifolia se décline en quelques cultivars. Ceux qui sont les plus connus et qu’on peut parfois retrouver chez Folia Design sont le Zenzi et le Raven. Le Zamioculcas zamiifolia « Zenzi » avec son port plus compact est la version naine de la classique plante ZZ. Pour sa part, le Zamioculcas zamiifolia « Raven » possèdes des feuilles qui à maturité deviennent pourpres foncées presque noires.

Culture et entretien

  • Luminosité. Ce qui est intéressant avec le Zamioculcas c’est qu’il peut être cultivé sous différentes expositions. Que ce soit très lumineux ou plutôt ombragé, il saura s’y adapter. On fait toutefois attention aux rayons de midi, qui pourraient être forts pour lui, mais en l’adaptant peu à peu il y sera également heureux. Bien qu’il puisse être placé à plusieurs endroits dans la maison, il est important de savoir que sa croissance sera influencée par la quantité de lumière qu’il reçoit. En situation d’ombre la croissance sera beaucoup plus lente, surtout qu’elle l’est déjà à la base. Les feuilles du Zamioculcas sont plus foncées lorsque la plante reçoit moins lumière. En situation très lumineuse, la photosynthèse est beaucoup plus active, les nouvelles pousses sont plus nombreuses et le feuillage est plus clair. 
  • Arrosage.  Le point important à retenir pour l’entretien du Zamioculcas zamiifolia est au niveau de son arrosage. Ses tubercules rhizomateux lui permettent d’avoir en permanence des réserves d’eau. C’est principalement pour cette raison, qu’on doit toujours laisser sécher en profondeur son terreau. Quand l’eau stagne dans le pot, le système racinaire asphyxie et pourri. Cela cause des dommages à long terme à la plante. La quantité de lumière que reçoit le Zamioculcas influencera grandement la vitesse à laquelle sèchera son terreau. Il n’y a donc pas de fréquence exacte pour l’arrosage ; on l’effectue lorsque la terre est sèche en profondeur.  
  • Humidité ambiante.Le Zamioculcas tolère bien l’air ambiante plus sèche grâce à ses réserves d’eau et à ses feuilles charnues. Par contre, il s’épanouie davantage lorsque l’humidité ambiante est plus élevée. À l’origine, il pousse autant dans des lieux où les conditions sont arides que dans des forêts tropicales humides. C’est dans ce dernier climat qu’on remarque une croissance plus vigoureuse.
  • Température.C’est une plante qui ne tolère pas les températures froides. Il faut donc veiller à le cultiver dans des pièces chaudes où la température ne descend pas en bas de 15 °C.
  • Rempotage.  Puisque le Zamioculcas redoute les excès d’eau, c’est une plante qui préfère davantage être à l’étroit dans son pot. Une plus petite quantité de terre autour de son système racinaire permet une moins grande rétention d’eau. Lorsque la plante devient très à l’étroit dans son pot de culture, on peut sentir ses tubercules au travers des parois et parfois ils déforment celles-ci. Le rempotage est habituellement nécessaire aux deux ou trois ans. Quand on l’effectue, on choisit un pot un peu plus grand en priorisant un terreau bien drainant.
  • Fertilisation.  La plante ZZ peut être fertilisé une fois par mois avec un engrais tout usage pendant la période de croissance, soit de mars à octobre. Ce n’est par contre pas obligatoire, car elle se comporte aussi bien sans être fertilisée. 
  • Multiplication.  La façon qui demeure la plus simple pour multiplier le Zamioculcas zamiifolia est la division. Il suffit de diviser la touffe de racines avec un outil tranchant qu’on aura préalablement désinfecté pour éviter toutes contaminations. Cela va également stimuler la plante à produire plus de tubercules et donc plus de feuilles. Il est également possible de produire des boutures avec les folioles qu’on plante verticalement dans la terre. Chacune d’entres elles formera à sa base un tubercule, qui fera par la suite un rejet. C’est une technique qui est beaucoup plus longue et qui nécessite plusieurs années avant d’avoir un plant mature.
  • Taille et entretien.Puisque le Zamioculcas zamiifolia croît lentement, il n’y a pas vraiment de taille à effectuer. Lorsque le plant est mature et que certaines feuilles deviennent longues et pendantes, il est possible de les raccourcir à l’endroit désiré. En général, il suffit seulement de couper les feuilles jaunies ou endommagées par un arrosage inadéquat. Il est important de dépoussiérer les feuilles de temps en temps pour permettre à la plante une meilleure photosynthèse et pour redonner aux feuilles leur beau lustre.

 Problèmes potentiels

Feuilles jaunes   

La cause du jaunissement du feuillage est majoritairement un excès d’eau. Cela peut-être le cas lorsque les arrosages sont trop fréquents où bien lorsqu’ils sont trop copieux en situation ombragée. Le truc c’est d’arroser lorsqu’on observe un terreau sec en profondeur. Dans un cas où le terreau demeure humide trop longtemps, il vaut mieux le remplacer par du nouveau pour éviter que les racines pourrissent.

Amas blancs sur les feuilles 

Le Zamioculcas n’a pas l’habitude d’attirer les insectes indésirables. Dans de rares cas où on observe une infestation, c’est habituellement la cochenille farineuse qui est en responsable. On agit le plus tôt possible en supprimant chaque amas blanc à l’aide d’un coton tige imbibé d’alcool à friction pure. On répète aussitôt à chaque nouvelle apparition.

 

Cette plante attire tout autant les débutants que les plus expérimentés en raison de sa facilité d’entretien et de sa distinction avec les autres plantes. Par son allure originale, elle saura sans aucun doute trouver une place de choix dans votre décor!

 

 

 

 

Rechercher