Du 1er au 31 octobre, 2% des ventes seront versés à des organismes autochtones.

Comment identifier et éliminer les tétranyques

Les tétranyques font partie des indésirables qu’on retrouve souvent dans nos plantes d’intérieur. Dans la plupart des cas, ce sont les tétranyques à deux points. Celles-ci se développent quand le milieu ambiant est chaud et sec. L’intérieur de nos maisons est donc un endroit de prédilection pour elles. Leur présence se fait remarquer encore plus l’hiver, car en chauffant nos intérieurs, l’air est plutôt sec et ces conditions sont parfaites pour leur reproduction. Leur corps est jaune avec deux points rouges sur le dessus de leurs épaules noires et comporte quatre paires de pattes. L’hiver le corps des tétranyques peut prendre une couleur orangée. Ces caractéristiques physiques font en sorte qu’elles sont souvent appelées araignées rouges, même si elles sont beaucoup plus petites que ces dernières. Bien que les tétranyques soient minuscules, à peine 0,5mm au stade adulte, certaines personnes arrivent à les voir à l’œil nu. Dans tous les cas, ce sont souvent leurs dégâts qui révèlent leur présence.  Ces acariens sont de type piqueur-suceur et se nourrissent de la sève des plantes qu’ils attaquent. Les plantes au feuillage mince sont les plus propices à une infestation. Plusieurs signes peuvent sonner l’alerte sur leur présence.

 

 Tétranyque vue au microscope, Source : Dudutech 

Infestation de tétranyques sur un Alocasia, Source : Urban Jungle Design

 

Les dégâts qui nous font remarquer leur présence

-Dessous des feuilles d’aspect poussiéreux

Les feuilles attaquées sont souvent les plus récentes puisqu’elles sont plus tendres, mais les tétranyques peuvent se trouver sur toutes les parties de la plante. Lors de leur présence, on décèle souvent un aspect poussiéreux sous les feuilles attaquées. Cela peut être des petits fils de soie ou encore les larves et les adultes eux-mêmes. En regardant bien, il est possible de voir ces « poussières » bouger.

-Toiles tissées sur les feuilles ou les tiges

Les tétranyques tissent des toiles sur la plante attaquée pour mieux se déplacer sur celle-ci, mais aussi pour se protéger des agressions extérieures. Par contre, lorsqu’on remarque des toiles, cela indique que la plante est hautement attaquée et que les acariens y sont installés depuis un moment. On doit donc agir vite à ce stade de l’infestation. 

-Feuilles qui changent de couleur et/ou se déforment

Dans plusieurs cas, on peut apercevoir de minuscules taches décolorées sur la surface des feuilles de l’hôte infesté. Ces dernières peuvent aussi perdre complètement leur pigmentation et prendre une teinte jaune ou grise avant de flétrir. Il est également possible qu’elles se déforment, s’enroulent et sèchent complètement. Elles tombent prématurément par la suite dans la plupart des cas.

 


Feuille de Calathea d’aspect poussiéreux, Source : Smart garden guide 

Taches décolorées et toiles tissées sur feuilles de Ficus, Source : Church of hive

 

Prévention et traitements

Puisqu’elles se multiplient très rapidement et que leur présence peut mettre en péril la survie des plantes infestées, il faut agir vite en cas d’infestation de tétranyques. Le mieux, est de prévenir bien sûr. Puisqu’on sait que les acariens se développent davantage par temps chaud et sec, il est bien d’augmenter l’humidité ambiante dans nos maisons surtout l’hiver où le taux est beaucoup plus bas. La meilleure façon est bien sûr d’utiliser un humidificateur d’appoint, mais sinon on peut aussi déposer notre pot de plante sur une soucoupe remplie de billes d’argile et d’eau pour que celle-ci s’évapore graduellement autour du feuillage. Cette technique sera par contre effective que pour les plantes où on aura utilisé cette méthode, donc ce n’est peut-être pas la meilleure option si nous possédons un grand nombre de plantes. Il serait bien aussi de baisser la température de la maison pendant la nuit si c’est possible, afin de diminuer leur vitesse de multiplication.

En général, les indésirables attaquent les plantes les plus faibles. Celles qui sont en grand manque d’eau sont donc plus sujettes de se faire attaquer. Il est important d’avoir une bonne routine d’arrosage pour éviter un stress hydrique chez certaines plantes et ainsi prévenir le développement de tétranyques et autres nuisibles.

Prendre l’habitude de nettoyer le feuillage de nos plantes est l’une des meilleures techniques de prévention. En gardant notre feuillage propre, on déloge les œufs qui sont souvent invisibles à l’œil nu et cela nous permet aussi d’apercevoir plus facilement une ou des présences d’indésirables. On peut le faire à l’aide d’un linge humide ou encore en douchant la plante au moment de l’arrosage. L’application d’une solution de savon noir et d’eau en vaporisation est un petit plus qui est très rapide et qui a fait ses preuves depuis déjà un bon moment.

Toutes ses techniques de prévention deviennent aussi la façon de contrôler et de traiter une infestation de tétranyques. Lors de leur présence, la première étape est d’éliminer les feuilles les plus mal en point. Ensuite on nettoie les toiles et on déloge les insectes manuellement avec un linge humide. Cette étape est importante, car elle permet de bien nettoyer chaque petit espace comme le côté des nervures et de défaire les toiles, ce que parfois le jet d’eau n’est pas assez puissant pour faire. Ensuite, c’est la douche puis un insecticide en vaporisation lorsque les feuilles se sont égouttées. Le savon noir est intéressant puisqu’il est 100% naturel et biologique en plus d’avoir de multiples fonctions dans nos maisons. On peut en trouver prêt à l’emploi ou sinon on dilue 5 cuillères à soupe de savon noir dans un litre d’eau chaude qu’on laisse refroidir avant l’utilisation. D’autres insecticides chimiques fonctionneraient aussi, mais on doit s’assurer de bien lire les instructions avant l’emploi et d’être prudents lors de leur utilisation à l’intérieur. Bien sûr on éloigne la plante attaquée des autres et on se lave les mains après l’avoir manipulée.

Si certaines de nos plantes ont été sorties pendant l’été, on s’assure de les traiter avant de les rentrer dans la maison pour éviter le plus possible les problèmes d’infestation.  

L’eau étant leur pire ennemi, bien souvent les douches suffisent amplement à éliminer les tétranyques. Par contre, il vaut mieux utiliser aussi un insecticide quand l’infestation est importante. On répète les étapes une fois par semaine pendant un mois. Ensuite on continue au besoin ou une fois par mois minimum en prévention. On ne le répètera jamais assez, un feuillage propre permet d’avoir des plantes plus en santé ! En nettoyant nos plantes on évite plusieurs problèmes d’infestations et on leur permet de faire une bien meilleure photosynthèse !

                                    

                                                                                                                  

Rechercher